Com Julien Podcast transcription – Personnalisation, Hugo Hamel

Sujet : Personnalisation sur Com’ Julien Podcast

Écrit par Julien Carcaly

Profitez de cette transcription de mon podcast Personnalisation – Pilier De Votre Stratégie Commerciale avec Hugo Hamel (@hughamelcom), qui répond entre autre à un certain nombre de questions sur la personnalisation. Vos clients sont votre source de revenu. Que vous soyez entrepreneur ou responsable marketing, vous avez besoin des conseils d’Hugo Hamel, un maître en l’art de personnaliser le contact avec des clients.

Écoutez l’épisode ici ou en sélectionnant l’une des options ci-dessous.

Veuillez noter les conditions légales:

Julien Carcaly est titulaire des droits d'auteur sur tout le contenu et les transcriptions du podcast Com' Julien, tous droits réservés, ainsi que son droit de publicité.

CE QUE VOUS ÊTES BIENVENUE À FAIRE:

Vous êtes invités à partager la transcription ci-dessous (500 mots maximum) dans des articles de presse, sur votre site Web personnel, dans un article non commercial ou un article de blog (Medium) et / ou sur un compte de réseau social personnel à des fins non commerciales, à condition d’inclure l’attribution « Com' Julien Podcast » et de renvoyer à l’URL juliencarcaly.com/podcast. Par souci de clarté, les médias utilisant des modèles publicitaires sont autorisés à utiliser des extraits de la transcription, comme indiqué ci-dessus.

CE QUI N'EST PAS ADMIS:

Personne n'est autorisé à copier une partie du contenu du podcast ou à utiliser le nom, l'image ou le portrait de Julien Carcaly à des fins commerciales, y compris, sans limitation, l'inclusion dans des livres, des livres électroniques, des résumés de livres ou des synopsis, ou dans une publicité. site Web ou site de média social (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) proposant ou promouvant vos produits ou services, ou ceux d'un autre.

Personnalisation – Introduction

Julien Carcaly:

Bienvenue dans le podcast Com’ Julien l’émission qui conjugue sciences de la communication psychologie sociale et analyse de cas approfondie. Tout cela dans un seul et même but découvrir comment mieux convaincre vos clients potentiels. Je suis Julien Carcaly et dans cet épisode on va parler de personnalisation on en parle ici et là sans réellement comprendre l’approche.

Eh bien on creuse le sujet aujourd’hui de fond en comble avec mon invité Hugo Hamel. Hugo a 27 ans et croyez le ou non cela fait plus de 10 ans qu’il est entrepreneur. Il a commencé à 15 ans avec une entreprise de location de serveurs de jeux de V.I.P et d’hébergement de sites Web. Il est stratège en marketing de croissance personnalisée depuis sept ans. Et a récemment créé sa propre agence de marketing de personnalisation Enrich3. Si vous restez jusqu’à la fin de l’épisode vous apprendrez qu’il aime aussi les méduses et il vous expliquera pourquoi. On commence maintenant !

Julien Carcaly:

Bonjour Hugo Hugo Hamel de Enrich3. Je suis très contente d’accueillir aujourd’hui on va parler personnalisation. Bonjour à toi Hugo.

Hugo Hamel:

Salut Julien. Merci pour l’invitation, c’est bien apprécié.

Julien Carcaly:

C’est très sympathique à toi aussi d’avoir répondu présent.

Personnalisation – Développement

Julien Carcaly:

Aujourd’hui on va parler de personnalisation puis on a convenu d’un certain nombre de thèmes de sujets ensemble. Et la première question que j’ai pour toi c’est qu’est ce que la personnalisation ? Parce que cela semble plutôt mal compris. C’est un sujet relativement vaste et qui est parfois un peu mal compris. Donc toi tu vas pouvoir nous aider je t’écoute.

Personnalisation – définitions

Hugo Hamel:

En fait la personnalisation c’est un mot que beaucoup de personnes connaissent, ils savent ce que ça veut dire mais en termes d’applications. Les gens comprennent pas forcément comment bien l’appliquer. On a besoin d’un exemple pour comprendre ce que c’est réellement. On le voit beaucoup chez Amazon la personnalisation par exemple produit similaire, recommandation selon les achats etc.

Amazon c’est l’exemple le plus commun, le plus compris entre guillemets. Par contre je dirais la personnalisation est mieux perçue, mieux compris dans un domaine dans un monde B to C. Mais la personnalisation peut vraiment bien s’appliquer dans un contexte de B to B. Et même, 60% des gens en B to B versus 40% en B to C préfèrent la personnalisation. En B to C, il y a énormément de possibilités. On vise un mass market. On vise un marché plus large donc segmenté et c’est un peu une nécessité si on veut survivre. Mais pour que ta marque survive t’as pas le choix de segmenter ton audience parce que ton produit ça s’adresse à M. et Mme tout le monde. Donc faut trouver les bons messages pour les toucher.

Mais en BtoB quand tu es déjà nichés dans ton produit, ça semble moins évident, moins une nécessité. Mais ce que les gens oublient, c’est toute l’expérience qui est derrière. Quand on part du début du sales funnel et sale cycle, jusqu’à la fin, il y a moyen de personnaliser tout ça pour changer un peu le contenu et le message. Tout dépend à qui on s’adresse et où est ce qu’il y a là dans le cycle de vente.

Donc je te dirais que c’est vraiment là que je trouve ça pertinent de parler personnalisation. On va dire de démystifier c’est quoi la différence entre le btob et le btoc. Et de vraiment bien comprendre la personnalisation. Car si on pense toujours personnalisation égale références de produits similaires, recommandations sur les produits achetés ce n’est pas suffisant. On peut vraiment aller au delà de ça.

Personnalisation versus segmentation

Julien Carcaly:

Et toi c’est comme ça que tu travailles. Aujourd’hui c’est le besoin de segmentation qui est au coeur de ton métier. On peut se demander si vraiment le concept de segmentation en tant que tel est remis en cause par le biais de la personnalisation. Parce que quand on dit de personnalisation, on pense chaque client va être différent. Donc on va proposer quelque chose de différent à chaque personne. Est ce que la segmentation a encore sa place dans notre métier ou pas ?

Hugo Hamel:

Définitivement, la segmentation a vraiment sa place dans notre métier. C’est vraiment quelque chose qui est une nécessité en quelque sorte. Là où ça va être remis en cause, c’est dans la micro segmentation. Parce que souvent on va penser segmentation égale personas. Mais on va vraiment au delà d’un persona. Si on prend un persona, si je te prends toi par exemple. On crée un persona qui va s’appeler Julien et qui a un podcast. Et bien ce Julien qui a un podcast il passe par plusieurs étapes dans son cycle de relation avec la marque. Et puis tous ces cycles là, c’est des micro segments à l’intérieur d’un persona. Donc tous ces éléments doivent être pris en considération pour la personnalisation. C’est là qu’on pourrait dire que la segmentation est remis en cause. Mais on ne met pas en péril, c’est plus ce qu’on améliore la façon de segmenter le tout.

Julien Carcaly:

L’objectif ça va être, au lieu de supprimer puis de balayer la segmentation, de préciser encore mieux la façon dont on personnalise l’acte de vente ?

Hugo Hamel:

C’est exactement ça. On individualise à plus grande échelle. Donc sans forcément dire « Salut Julien, tu es dans un tel segment ». On va plus parler des podcasters en général qui sont rendus à tel étape de vente par exemple. Avec ce message, il y a bien plus de nuances.

Personnalisation et algorithmes

Julien Carcaly:

Et tu parles justement de la globalisation et de rendre ça plus grand. On a parlé très rapidement hors antenne des algorithmes LinkedIn et Facebook qui changent très régulièrement. Et pour nous marketers mais encore plus globalement les PME et tous les entrepreneurs c’est extrêmement difficile à suivre. Selon toi comment on peut comprendre ces algorithmes pour pouvoir les utiliser dans la personnalisation ? Comment exploiter les données des algorithmes qui sont réellement en perpétuel changement actuellement ?

Hugo Hamel:

En fait la personnalisation quand on l’utilise, on ne touche pas forcément à l’algorithme. C’est plus l’algorithme qui va changer pour afficher du contenu pertinent pour nous. C’est plus l’algorithme qui s’adapte à notre expérience. Et c’est un peu une des raisons pour laquelle on aime tant nos médias sociaux, c’est qu’on voit ce qu’on aime. Si on voyait seulement du contenu qui n’est pas pertinent pour nous, qu’on aime pas, on aimerait pas aller sur les plateformes de médias sociaux.

C’est un peu la même mentalité quand on parle de personnalisation. On donne une expérience multicanal ou une expérience sur un site web qui est personnalisé. C’est vraiment de prendre un contenu qui est pertinent pour une personne puis le montrer et de le mettre de l’avant.

Hugo Hamel:

Donc je dirais que pour revenir à la question de comment on peut exploiter les algorithmes on peut pas vraiment les exploiter avec la personnalisation. Mais lorsqu’on peut en dire prendre l’avantage en quelque sorte c’est si on prend LinkedIn ou Facebook ou n’importe quelle autre plateforme de social selling. Je te dirais que la personnalisation va faire que tu vas te démarquer un peu plus que tes compétiteurs qui vont avoir un message très générique, un message qui ne correspond pas vraiment. Surtout sur LinkedIn quand on a besoin de contacter quelqu’un par une invitation.

Moi je remarque souvent que les gens ont des messages d’accueil très peu intéressants. Parfois ils ont une offre à vendre avant même d’avoir accepté l’invitation. C’est un peu le même principe que de rentrer dans un magasin et qu’on te demande ta carte de crédit en rentrant. « Ok, mais est-ce que je peux regarder le contenu du magasin avant de me faire demander ma carte de crédit ». C’est vraiment un fait, cette mentalité que je vois. Tu exploiteras pas les algorithmes mais tu vas exploiter le côté humain, ce besoin de connexion avec la personne qui veut entrer en contact avec nous. C’est comme ça que je vois ça.

Personnalisation et astuces

Julien Carcaly:

Est ce que tu as des trucs et des astuces que tu pourrais nous donner justement sur comment personnaliser ta prise de contact que ce soit par le biais de LinkedIn, Facebook ou autre ? Toi tu dois avoir des astuces pour pouvoir mettre en place une relation la plus saine possible dès le départ et mettre en confiance la personne à qui tu parles. Je te demande ça. Ce sont des choses qu’on n’avait peut être pas forcément vu. Mais si si t’as quelque chose à nous donner c’est le bienvenu.

Hugo Hamel:

Oui absolument. Il y a un élément clé et je te dirai qu’il est vraiment important. Je remarque que peu de personnes font et si je te dirais c’est mettre un peu à nue, dans le sens se mettre vulnérable. Et expliquer le pourquoi on essaie de rentrer en contact avec la personne, le qui on est, le pourquoi on veut contacter cette personne là. Je dirais que c’est la première chose qui me vient en tête quand quelqu’un m’ajoute : 1 tu es qui ? 2 Qu’est ce que tu veux ? 3 Pourquoi je voudrais te parler ?

C’est un peu ces points là qui faut répondre dans le message, en étant personnel avec la personne voire même faire des recherches. Par exemple, LinkedIn, faire des recherches sur ce que la personne a publié. Ce sont quoi ses intérêts. Voir un peu comment on peut trouver un point commun pour en discuter. Ceciest un point majeur en social selling à mon avis. Il y a des outils qui permettent d’analyser un profil.

Hugo Hamel:

Un exemple banal, mais tu prends un outil d’analyse de texte, dans ma mentalité Machine Learning, tu copies colles l’entièreté du profil (Exemple : Crystal) tu le mets dans cet outil là. et ça va donner une idée de quel genre de personnes, quel genre de profil a cette personne.

Il y a moyen de savoir quel genre de langage attribuer avec cette personne. Quelqu’un qui a un peu plus direct ou qui a besoin d’une approche un peu plus indirecte ou qui a besoin d’une approche plus réconfortante, plus émotionnelle. Avec ça, on peut se démarquer puis arriver avec un message qui est vraiment plus unique pour la personne que l’on va contacter. Qui va vraiment correspondre à qui elle est et qui va répondre à ces questions quand elle verra le message.

Personnalisation – qualité des relations en ligne

Julien Carcaly:

Et aujourd’hui on voit beaucoup par le nombre d’abonnés, le nombre de like, le nombre de commentaires que l’on essaie toujours que ce soit le plus gros possible. Tu nous donnes un peu une vision inverse de faire c’est à dire plutôt de privilégier la qualité plutôt que la quantité ?

Hugo Hamel:

En fait il n’y a pas vraiment d’avantages à avoir une quantité énorme et une qualité minime. C’est un peu le même principe que d’acheter des likes sur une page Facebook. Mais les faux like vont réduire ton reach parce que les gens qui vont avoir aimer ta page sont des robots ou des fausses personnes.

Les personnes ne sont pas intéressés. Donc ce qui va arriver, quand les gens vont commencer à aimer ta page, il n’y a presque personne qui vont voir le contenu que tu vas publier. Donc je dirais que ce n’est pas mauvais pour la quantité mais il faut surtout viser pour la qualité.

C’est aussi simple que ça. C’est simplement quand on essaie de se montrer gros. On essaie de se montrer bon. On essaie de se montrer X, Y ou Z, mais au final on se tire une balle dans le pied plus qu’autre chose.

Personnalisation – Choses à ne pas faire

Julien Carcaly:

Et justement on en revient à ma prochaine question. Quels sont selon toi les choses à ne pas faire quand on cherche à personnaliser une relation notamment commerciale mais on va dire plus largement professionnelle avec quelqu’un ?

Hugo Hamel:

Supersonnaliser, c’est vraiment la chose qui est la pire des choses. Parce que, quand on surpersonnalise, on devient, ce qu’on dirait en anglais, creepy. On sait tellement de choses que l’on met la personne dans une zone d’inconfort.

Je te donne un exemple. Si tu fais une publicité pour une personne qui va devenir papa prochainement. Si tu dis « Julien oublis pas d’acheter des couches, dans deux semaines ta femme accouche ». On peut trouver ça étrange que la personne connaisse autant de détails.

Hugo Hamel:

On peut s’arrêter au fait que montrer une publicité de couches en dit assez long parce que la personne comprend: « ok, ma femme accouche dans deux semaines, je vais avoir un enfant, je vais avoir besoin de couches. Je pense que la publicité me parle. Je pense que ça c’est juste parfait on va pas trop loin dans la personnalisation.

Mais on personnalise quand même par rapport au contexte. Par rapport à où est-ce que la personne est dans sa vie. Si on devient trop intense sur ce qu’on veut personnaliser, on devient un peu une personne qui en sait trop, une personne ne voudra pas nous parler parce qu’elle va se poser : « pourquoi cette personne en sait autant sur moi et que je n’en connait pas autant sur elle. »

Personnalisation – Critères de segmentation

Julien Carcaly:

Prochaine question je vais te donner de divers points de données qu’on peut avoir comme par exemple la localisation le comportement, le centre d’intérêt, des canaux de vente. C’est le genre de choses que l’on peut savoir si on étudie correctement les points contact qu’on a avec un client. Et quand on est entrepreneur, par exemple si on devait prendre un business type un business de service, comme toi tu as, comme moi j’ai. Comment savoir quels sont les points de données qui sont à privilégier qui sont les plus importants pour son propre business ?

Hugo Hamel:

Ce qui va avoir de l’impact. Si on parle de localisation, ça va être est-ce que ta réputation est bâtie sur les évènements que tu crées ou elle est bâtie sur ton audience en ligne. Donc si c’est que plus en ligne, la localisation est moins important. Mais si tu fais des évènements ou si tu es présents dans beaucoup de réseautage, la localisation va être important.

C’est un point qui dépend de l’entreprise où tu es. Si par exemple une coiffeuse de quartier ou une agence très locale, c’est sûr que la localisation va être très important pour toi. Mais ce qui va vraiment avoir le plus d’impact, c’est vraiment les données.

Hugo Hamel:

C’est aussi simple que faire une analyse de données. Voir ce qui a semblé avoir fait le plus d’impact sur ton l’entreprise, valider l’hypothèse. Y’a rien de mieux que faire des recherches dans les données qu’on a et faire des tests A/B pour définir ce sur quoi on devrait se concentrer. Mais c’est sûr qu’au final ce qu’on veut, c’est un impact sur l’entreprise. Donc il faut quand même penser à ce que l’on pense être bon pour l’entreprise.

Julien Carcaly:

Ce que tu dis c’est surtout de partir de l’existant, de ce qu’on a déjà en main. Soit de ce qu’on a déjà étudié si on est une nouvelle entreprise. Soit, si on a de la data, si on a de la donnée sur soi, on récupère cette donnée puis on l’analyse.

Hugo Hamel:

Personnaliser pour personnaliser, ça vaut pas grand chose. On transfère la personnalisation en gadget là. Quelque chose qui n’est pas vraiment utile.

Personnalisation et automatisation

Julien Carcaly:

J’ai une dernière question pour toi avant de passer aux questions flash que je pose à chacun de mes invités. La dernière question concerne toujours la personnalisation. Que penses tu de la personnalisation automatisée qui est notamment obtenue grâce à l’intelligence artificielle ?

Hugo Hamel:

Ce n’est pas encore optimale. L’intelligence artificielle oui. Un jour, ça vaudra vraiment la peine d’être utilisé à ce moment. Ce n’est pas encore parfait. Mais on s’en vient proche. J’ai été au Web Summit il y a quelques mois en novembre. Et la personnalisation avec intelligence artificielle, c’est définitivement la prochaine étape. Il y a énormément d’entreprises qui travaille là dessus. Actuellement c’est bon pour le futur.

Ce sera excellent à l’avenir pour les gros volumes de trafic. Ce que beaucoup d’entreprises n’ont pas forcément. Mais quand on a un gros volume de trafic, c’est là que l’intelligence artificielle devient vraiment intéressante. Parce qu’on a pu évaluer et elle peut personnaliser en temps réelle. Pour un petit trafic, la personnalisation est vraiment à base de règles. Un peu comme si X donc Y.

Hugo Hamel:

C’est pour ça que l’humain est encore nécessaire. Parce que l’humain doit analyser les données pour voir où c’est pertinent de faire de la personnalisation pour avoir un impact et éviter de perdre son temps ou de l’énergie. C’est pour ça que ça prend un gros nombre de données. En ce moment l’humain est gagnant mais à long terme l’intelligence artificielle sera gagnante.

Personnalisation – Questions flash

Julien Carcaly:

Donc deux questions flash pour terminer aujourd’hui avec toi. La première : si tu avais un tableau sur lequel afficher quelque chose chez toi. Qu’est ce que ce serait donc qu’est ce qu’il y aurait sur ce tableau et pourquoi ?

Hugo Hamel:

C’est pas forcément lié à l’entrepreneuriat ou quoi que ce soit. Ça ne serait pas forcément un tableau. On pourrait dire ce serait comme un tableau mais, pas exactement. Ce serait soit un écran interactif, comme une télévision, mais très très très grande avec des méduses. Je suis un fan des méduses.

Pour moi je pourrais aller dans une salle, dans un aquarium, avec des gros écrans de méduses. C’est juste que je trouve ça fascinant, un peu hypnotisant en quelque sorte la façon qu’ils bougent. La méduse est lente mais en même temps avec une certaine rapidité. C’est relaxant j’avoue que je suis un grand fan de la Black Light donc pour moi les méduses transparentes avec le bleu et tout, c’est génial.

Julien Carcaly:

Excellent je ne m’attendais pas à cette réponse mais c’est très intéressant. Si tu arrives à me donner un mot comme ça qu’est ce qui te fascine réellement dans les méduses en tant que telles, qu’est ce qui t’a marqué un jour pour que tu te dise « les méduses ça me fait triper ».

Hugo Hamel:

Je trouve ça beau. Et puis y’a un élément qu’on voit peut être pas. Mais ça semble vraiment naïf et vraiment délicat et super sympathique. Mais c’est assez tueur. Si on ne va pas attention ça peut être assez dangereux. Un peu comme les pieuvres. Ces 2 éléments marins que je trouve assez fascinant dans leur façon d’être, qui sont autant cute et aussi tueur en série en quelque sorte.

Julien Carcaly:

Pour avoir rencontré quelques méduses qui n’étaient pas des tueuses, ça peut faire mal. Ce genre de petites bestioles, c’est vrai que ça paraît un peu inoffensif. Mais quand il l’a sur toi, quand c’est dans son élément, tu luttes pas. Deuxième question quelle mauvaise recommandation as tu déjà entendu concernant ton métier ?

Hugo Hamel:

Si on parle à de personnalisation, je te dirais, c’est vraiment si c’est mal fait si c’est mal exploité, la personnalisation va devenir comme un gadget, une vitamine.

Mais en fait la personnalisation, en bon langage marketing, rien de plus que l’optimisation de conversion. Mais de façon plus intelligente. Dans le sens que, quand je parlais d’A/B testing, test A/B. C’est la base de l’optimisation de conversion. Et la personnalisation vient épauler ou chapeauter ces optimisations parce qu’on optimise en même temps le personnalisé.

Dans le sens que, en personnalisant, on devient plus pertinent et en étant plus pertinent, on augmente le taux de conversion. C’est un peu le même principe quand on fait des conversions de conversions quand on le fait souvent on le fait pour une audience générique, pour tout le monde. Avec la personnalisation on fait la même chose. Mais par segment. C’est là que ça devient intéressant.

Julien Carcaly:

Cool. Bon bah écoute. Merci beaucoup Hugo. C’est très gentil d’avoir participé à cet épisode. Je vais te laisser le mot de la fin. Mais je voulais vraiment te remercier. Je voulais que tu saches que c’était vraiment un très bon moment à parler de personnalisation avec toi. C’est extrêmement aimable et en plus tu connais très très bien ton sujet. Voilà je dis ça parce que quand on a préparé le podcast c’est le peu d’échanges qu’on a eus, j’ai vraiment senti que tu avais envie justement de personnaliser l’expérience pour nos auditeurs. Donc une superbe chose donc je voulais te féliciter puis je voulais te remercier pour tout ton bon travail et pour cet échange.

Hugo Hamel:

Dernier point je pourrais dire, je sais que ton audience est aussi dans le storytelling ou le marketing de contenu, la personnalisation peut s’appliquer à ça aussi. Un peu dans le même genre que les livres dont vous êtes le héros.

C’est quelque chose qu’on peut appliquer un peu à toutes les sauces entre guillemets. Donc ceux qui veulent s’aventurer dans le storytelling personnalisé à l’auditeur, dépendamment de ses intérêts,s es comportements. Peu importe. C’est possible aussi. Donc sera un point final.

C’est un PS que je voulais laissé à la fin. Mais aussi tous ceux qui ont des questions pour la peronnalisation ou quoi que ce soit j’imagine que tu m’as donner mes coordonnées ou tu vas les mettre quelque part. Donc les gens peuvent me contacter sans problème. Je suis ouvert à répondre aux questions.Ça me fera plaisir d’aider de ce côté là.

Julien Carcaly:

Et bien donc le contact sera mis sur l’article de blog puisque je ferais directement sur la description de l’épisode en tant que tel je mettrais ton adresse courriel si ça te va. Comme ça les gens pourront te contacter en direct s’ils ont des questions.

Hugo Hamel:

C’est parfait, je suis bien heureux d’avoir pu parler personnalisation qui est un sujet un peu méconnu ou mal compris. Je crois que c’est important de clarifier certains éléments de ce sujet.

Julien Carcaly:

Merci beaucoup Hugo. Puis je te dis la prochaine pour l’acte 2.

Julien Carcaly:

Et c’est donc ici que se termine cet épisode si vous avez aimé cette interview ainsi que les présentations que je propose. Pensez à vous abonner au podcast Com’ Julien sur votre lecteur de podcast préféré. Je vous remercie de m’avoir écouté jusqu’au bout et je vous dis à très bientôt.

La Personnalisation, Pilier De Votre Stratégie Commerciale – Hugo Hamel

La personnalisation est de loin une méthode approuvée et pronée par bon nombre de marketeur, de PME et de grandes multinationales.

Mais, au fond, pour vous et moi, qu’est-ce que cela signifie personnaliser une relation ? Comment s’y prendre pour personnaliser sur les réseaux sociaux ? Quels conseils pourriez-vous recevoir pour l’utiliser à votre compte ?

C’est de ceci dont nous parlons dans ce podcast. Mais pas que… puisqu’Hugo nous explique aussi sa fascination pour un animal pas comme les autres.

Vous pouvez trouver la transcription de cet épisode ici. Les transcriptions de tous les épisodes peuvent être trouvées ici.

La personnalisation, qu’est ce que c’est ?

Si on devait prendre un exemple concret, que tout le monde connaît, nous parlerions du géant américain Amazon.

Ils utilisent de façon très efficace la personnalisation. Rappelez-vous la section produits similaires.

C’est une redoutable arme de vente sur le site Amazon. Car l’expérience de vente s’en trouve bonifié pour l’utilisateur.

Et que ce soit chez Amazon ou dans votre PME, tous les cycles de vente peuvent être personnalisable. Il n’existe pas de différence entre le monde du B to B et celui du B to C.

Nous avons tous besoin de personnaliser, donc de segmenter pour satisfaire les besoins de nos clients.

—————————-

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

—————————-

La segmentation remet-elle en cause la personnalisation ?

La segmentation et la personnalisation selon Hugo sont complémentaires.

Il est nécessaire de construire un cycle de vente pour chaque persona. Cela améliorera à terme la façon dont on segmente.

Et personnaliser n’est pas synonyme d’automatisation. L’objectif premier est de rendre la relation commerciale la plus agréable pour celles et ceux à qui nous nous adressons.

Algorithmes et personnalisation. Comment comprendre les données recueillis ?

Les algorithmes évoluent pour nous présenter du contenu qui nous convient.

Ils s’adaptent pour nous donner la meilleure expérience possible.

Et nous devons faire de même avec nos clients : leur présenter du contenu qui les intéresse. S’adapter à leurs besoins. En bref, personnaliser.

La personnalisation permet de se démarquer.

La personnalisation, conseils de pro.

Sur les réseaux sociaux, lors d’une mise en contact, Hugo conseille de se mettre à nue, de montrer sa vulnérabilité.

Hugo explique que lorsqu’il reçoit une invitation, par exemple sur LinkedIn, il se pose 3 questions :

Donc, pour être efficace et pour que vos mises en contact soit de qualité, renseignez-vous sur la personne que vous abordez pour rendre un message plus unique.

Visez la qualité plutôt que la quantité.

Les questions flash que j’ai posé à Hugo :

– Si tu avais un tableau sur lequel afficher quelque chose chez toi, qu’est ce que ce serait et pourquoi ?

Un écran interactif avec des méduses. Fascination. Hypnotisant

– Quelle mauvaise recommandation as tu déjà entendu concernant ton métier ?

La personnalisation n’est pas un gadget. C’est un moyen d’optimisation pour votre relation client.

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger sur iTunes

 

 

Storytelling Ou l’Art De Raconter Des Histoires Pour Vendre – Alain Migneault

Le storytelling est un moyen incontournable de raconter des histoires pour vendre son projet de startup, son produit ou son service à un prospect.

À travers cet épisode de podcast, vous avez la chance de découvrir Alain Migneault qui est membre d’Ange Québec, un groupe d’entrepreneurs qui contribuent au lancement et à la croissance d’entreprises.

Ils utilisent bien entendu l’elevator pitch, très largement pratiqué dans le milieu des business angels.

Storytelling, comment démarrer ?

Pour raconter des histoires pour vendre, les 3 techniques décrites par Alain Migneault sont primordiales :

—————————-

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

—————————-

Storytelling, les pièges à éviter

Le premier piège est de compliquer votre message. Si vous faites du storytelling, vous devez rendre cela simple pour la personne qui vous écoute. Elle doit comprendre dans les premières secondes de quoi vous parler. Sinon, elle décrochera et ce que vous direz n’aura plus aucune importance pour elle.

La technique d’expliquer ce que vous voulez vendre comme si vous parliez à un enfant de 5 ans est un must pour simplifier au maximum la communication avec votre audience.

Alain, une anecdote storytelling avec Ange Québec ?

Alain a rencontré une des startups qui vend aujourd’hui des accessoires pour vélo dans les Apple Store.

Le promoteur en question est arrivé mal habillé en expliquant qu’ils avaient un an de retard niveau finance.

Pourtant, cette startup a fait fortune.

Leçon tiré par Alain : Restez naturel !

Parles-nous de Weroes, ton projet actuel

L’objectif de Weroes est de fournir la plus puissante plate-forme au monde dédiée aux actions sociales, ainsi que les outils qui permettent aux gens de tous horizons d’organiser des campagnes inspirantes, de surmonter les enjeux qui nous touchent, et de changer des vies.

Les questions flash que j’ai posé à Alain :

– Une citation que tu utilises :

Vaincre ou mourir avec ses rêves

Quel(s) conseil(s) donnerais tu à un jeune étudiant qui finalise ses études et qui entre dans le monde professionnel ?

L’apprentissage est dans l’action.

Amener le champ de la connaissance sur le terrain pour vous faire à la réalité de l’entrepreneuriat. Plongée et apprenez à nager car cela ne s’apprend pas dans les livres.

Je n’ai jamais vu quelqu’un apprendre à nager avec un manuel.

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger sur iTunes

 

 

De 500 à 15.000 Contacts Qualifiés Sur LinkedIn – Alexandre Bouchard

Gagner en notoriété sur LinkedIn prend du temps ! « L’entrepreneuriat, c’est comme du vélo stationnaire quand on commence. On pédale, on pédale et on s’en va nul part ! » – Voici qui est Alexandre Bouchard !
On parle de LinkedIn et de son Social Selling Index. De comment bâtir une stratégie efficace, comment identifier notre cible, quelles sont les personnes avec qui je dois me connecter, comment se poser les bonnes questions.
Sachez avant même d’écouter ce podcast que LinkedIn est responsable de plus de 83% des opportunités générés sur les médias sociaux pour les relations en B to B. Bref, de quoi vous mettre bien pour commencer vos affaires.

Les questions que j’ai posé à Alexandre Bouchard pour savoir comment il a bâtit sa communauté :

—————————-

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

—————————-

Alexandre Bouchard, les questions flash auxquelles il a répondu :

  • Quel a été le moment décisif dans ta vie d’entrepreneur ?
  • Quel(s) conseil(s) donnerais tu à un jeune étudiant qui finalise ses études et qui entre dans le monde professionnel ?
  • Quelle mauvaise recommandation as tu déjà entendu concernant ton métier ?

Pour en savoir plus, écoutez le podcast et abonnez-vous ici pour recevoir un email lorsqu’un épisode du podcast Com’ Julien est de sortie :

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger sur iTunes

 

Read more « De 500 à 15.000 Contacts Qualifiés Sur LinkedIn – Alexandre Bouchard »

Mental D’Infopreneur, l’Avez-Vous ? – Anthony Nevo

Cultiver un mental d’infopreneur, c’était le sujet de notre discussion avec Antony Nevo durant ce podcast Com’ Julien.
J’ai rêvé de ce jour là quand j’ai démarré dans l’entrepreneuriat. J’avais la motivation de rencontrer un entrepreneur qui cartonne. Un qui cultive jour après jour comme moi un réel mental d’infopreneur. 
Et Antony Nevo m’a donné cette chance.
Et vous savez quoi ? Je n’avais pas peur. J’étais excité comme une puce à l’idée de discuter avec ce gars-là.
On a parlé d’entrepreneuriat bien entendu, mais surtout de mental d’infopreneur car Antony est le genre de mec qui cultive son esprit pour en arriver là où il est.
Et ça, j’adhère !

Les questions que je lui ai posé pour savoir comment il a cultivé son mental d’infopreneur :

Mental d’infopreneur, les questions flash auxquelles il a répondu :

  • Quel a été le moment décisif dans ta vie d’entrepreneur ?
  • 3 livres que tu recommandes le plus ou que tu as le plus offert
  • Une citation que tu utilises
 

Pour en savoir plus, écoutez le podcast et abonnez-vous ici pour recevoir un email lorsqu’un épisode du podcast Com’ Julien est de sortie : 

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger sur iTunes

 

 

Read more « Mental D’Infopreneur, l’Avez-Vous ? – Anthony Nevo »

L’Email est mort ? Pas sûr… – David Grégoire

Le marketing courriel, nous l’utilisons tous. Et pas toujours comme il le faut.

C’est la raison pour laquelle j’ai invité un maître en la matière qui n’est autre que David Grégoire pour nous en parler.

Lui même m’a confié durant l’entrevue que le facteur humain est aujourd’hui plus important que jamais. Et votre Marketing Courriel est un pilier de votre réussite.

Et qu’il existe des techniques efficaces pour créer un marketing par courriel qui fasse décoller votre business.

Nous parlerons de taux d’ouverture, de taux de clic bien entendu. Mais pas seulement…

David utilise des outils, des statistiques et des méthodes qui vont révolutionner votre façon d’écrire vos courriels.

Vous saurez enfin comment aborder vos prospects et vos clients correctement.

J’ai moi-même été bluffé du contenu de ce podcast.

—————————-

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

—————————-

Le Marketing Courriel

Questions flash que je pose en fin d’interview :

  • 3 livres que tu recommandes
  • Que fais-tu quand tu te sens débordé ?
  • Une citation que tu utilises ?

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger le mindmap             Télécharger sur iTunes

 

Read more « L’Email est mort ? Pas sûr… – David Grégoire »

Être Nomade Numérique, Qu’est-ce Que C’est ? – Gabriel Vaugeois

Le nomade numérique est né de la génération Y. Il a été rendu possible grâce à l’avènement des nouvelles technologies. Aujourd’hui, pour bon nombre de personnes, il suffit d’avoir un téléphone et un ordinateur pour travailler. De n’importe où. Ces travailleurs « nouvelle génération » recherchent donc une certaine forme de liberté.

C’était en 2013, en Nouvelle-Zélande, qu’est apparue pour moi la notion de nomade numérique. Je commençais à l’époque à dévorer des livres sur l’entrepreneuriat.

La semaine de 4 heures de Tim FerrissThe Answer par John AssarafE-Myth, le mythe de l’entrepreneur par Michael E. Gerber m’ont fait voyager dans un autre monde et c’est à ce voyage m’a chamboulé.

Je voyageais déjà beaucoup à l’époque, passant plusieurs mois dans des pays comme le Royaume-Uni, le Canada, l’Irlande, la France, le Cambodge, le Vietnam et, comme je vous l’ai dit précédemment, la Nouvelle-Zélande.

Depuis, les périples ont diminué pour me consacrer à 100% à la construction de cette vie de nomade numérique.

 

—————————-

Créez votre propre sondage de satisfaction des utilisateurs

—————————-

Aujourd’hui, elle prend même un autre sens. Avoir la possibilité de travailler où je veux et quand je veux.

Et c’est exactement ce dont nous allons parler dans ce podcast avec Gabriel. Et nous allons répondre aux questions suivantes :

Être nomade numérique, qu’est-ce que c’est ?

Questions flash que je pose en fin d’interview:

  • Quel a été le moment décisif dans ta vie d’entrepreneur ?
  • Quel(s) conseil(s) donnerais tu à un jeune étudiant qui finalise ses études et qui entre dans le monde professionnel ?

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger le mindmap             Télécharger sur iTunes

 

Read more « Être Nomade Numérique, Qu’est-ce Que C’est ? – Gabriel Vaugeois »

Le succès, un état d’esprit ? – Carol Dweck

Pour connaître le succès, il est nécessaire de cultiver un état d’esprit de gagnant. Pour moi, c’est synonyme de communication intérieure. J’irai même jusqu’à dire de dialogue. Et c’est pour cette raison que j’ai souhaité intégré cet épisode au répertoire de l’émission du Podcast de Cicéron.

Cultiver le succès, et donc, un état d’esprit de gagnant, c’est travailler sur ses capacités mentales pour que plus rien ne nous arrête.

Chacun a sa propre définition du succès. C’est une notion large.

Cependant, nous avons tous et toutes cette recherche constante de succès. Que ce soit dans notre vie personnelle ou professionnelle, nous avons toujours pour objectif de réussir. 

L’objectif de ce podcast est de dédramatiser la notion de difficulté, voire d’échec pour valoriser celle du succès.

Un succès, 2 états d’esprit

Avoir du succès est ni plus ni moins que coopérer avec la difficulté. Les gens qui nous entourent agissent de façon différentes. Mais une chose les lie : la nécessité de collaborer avec les obstacles de la vie, de les affronter et de triompher.

Il existe 2 type d’états d’esprit : un état d’esprit fixe et un état d’esprit évolutif.

Il s’agit de savoir comment vous pouvez passer de l’un à l’autre pour ouvrir les portes du succès.

À l’intérieur des états d’esprit

Les faits sont les suivants : les états d’esprit sont simplement des croyances.

En tant qu’être humain, la contrainte que l’on a est que cela peut prendre du temps avant que notre potentiel fleurisse. Mais, bonne nouvelle. L’échec n’est pas permanent.

Le succès, c’est de devenir une meilleure version de soi-même, pas de devenir meilleur que les autres. J’en parle d’ailleurs dans le podcast « 15 Conseils Pour Partager Du Contenu Et Être Expert Dans Son Domaine », la difficulté numéro 1 est de sortir de votre zone de confort et de vous confronter aux regards des autres. Après tout, le regard des autres reste leurs regards. L’important, c’est le vôtre et votre réalisation personnelle.

La vérité sur l’habileté et l’accomplissement

Plus vous travailler dur, moins vous êtes vulnérable et plus vous êtes intelligent. Pour rester motiver, rester concentrer sur le matériel d’apprentissage, non sur la difficulté.

Thomas Edison en est l’exemple parfait. Il a crée plus de 1000 versions de l’ampoule que l’on connait aujourd’hui. Ce qu’il avait de plus que les autres : un but et une envie d’avancer étape par étape pour l’atteindre.

Le succès dans le domaine du sport

Les sportifs sont un autre très bon exemple. Ils veulent devenir la meilleure version d’eux même. Si vous souhaitez les imiter, vous devez interpréter les défaites comme ils le font. C’est-à-dire motivantes et informatives. Elles sont ni plus ni moins qu’un appel à se réveiller.

Et si l’on parlait business ?

Pour cela je vous laisse écouter le podcast. On réfléchira ensemble notamment à ce qui distingue les compagnies qui réussissent de celles qui échouent. À ce qui distingue les CEO, les grands patrons qui réussissent et celles et ceux qui échouent.

 

ÉCOUTEZ LE PODCAST MAINTENANT

_________________________________________________________

AUTRES MOYENS DE PROFITER DE CE PODCAST

_________________________________________________________

 Télécharger le mindmap             Télécharger sur iTunes

 

Read more « Le succès, un état d’esprit ? – Carol Dweck »